Vosges : un gourou devant les assises pour le viol d’une adolescente

Mis en ligne le 07 novembre 2012 à 13h32, mis à jour le 07 novembre 2012 à 13h34

Justice loi droit codes lois tribunal procès audience code civil pénal

Crédits : TF1/LCI
Suspecté d’avoir violé la fille mineure d’une des adhérentes de la secte qu’il dirigeait, un homme de 54 ans est jugé depuis mercredi devant la Cour d’assises des Vosges à Epinal.

Il l’avait choisie comme « épouse divine ». Un homme de 54 ans, suspecté d’avoir violé la fille mineure d’une des adhérentes de lasecte qu’il dirigeait, a comparu mercredi devant la Cour d’assises des Vosges à Epinal. Il encourt 20 ans de réclusion criminelle.

« Je regrette ma relation » avec la jeune fille, a déclaré à l’ouverture des débats Hervé G. L’accusé s’était fait passer au cours des années 2000 pour le messie auprès d’une dizaine de personnes, à qui il réclamait chaque mois plusieurs centaines d’euros, au sein d’un mouvement sectaire qu’il avait créé à La Bresse.

« La justice des hommes »

En 2004, le « gourou » avait expliqué à l’une de ses adhérentes qu’il souhaitait prendre sa fille pour « femme divine », ce qu’elle avait accepté. Selon l’accusation, Hervé Granier a violé l’adolescente dès ses 14 ans. La défense soutient que les rapports sexuels ont eu lieu plus d’un an plus tard, lorsque la jeune fille était sexuellement majeure.

« L’accusation privilégie la parole de la plaignante, alors que cette dernière dit elle-même qu’elle était consentante: elle n’a jamais manifesté le moindre refus », a souligné l’avocate de l’accusé, Me Glock. La mère de la jeune fille, initialement poursuivie pour complicité de viol, avait bénéficié d’un non-lieu pendant l’instruction pour abolition du discernement. « L’objectif de ceprocès, c’est aussi de démontrer que la mère comme la fille étaient entièrement sous l’influence de cet homme », a commenté l’avocat de la jeune femme, aujourd’hui âgée de 22 ans, Me Collot. Hervé G. est également poursuivi pour abus de faiblesse au sein d’un groupement sectaire. « Le temps est venu pour le messie vosgien d’entendre la justice des hommes », a pour sa part estimé Me Babel, l’avocat de la mère de la jeune femme, qui s’est constituée partie civile. Verdict vendredi.

Source : http://lci.tf1.fr/france/justice/vosges-un-gourou-devant-les-assises-pour-le-viol-d-une-adolescente-7637314.html